Tête d’oignon

Tête d’oignon

L’enfant était assis, seul. Ses camarades l’avaient abandonné. Et le voilà, au milieu de la cour de récréation en train de pleurer à chaudes larmes. Des larmes de crocodile, des larmes de solitude. Lui, aux cheveux blonds très clairs avec son épi sur le haut du crâne avait été surnommé « tête d’oignon ». C’est vrai qu’il ressemblait à un oignon. Mais le pauvre, dès que quelqu’un se frottait à lui, pour se défendre, il pleurait, comme quand on joue avec le légume. Il était frêle l’oignon et il ne savait pas quoi répondre face à ses assaillants.

Et un jour, j’étais là, moi et mes rondeurs. Petit et gros, tant de qualités. Et les gamins s’en prirent à moi aussi. Narquois et violents, avec leurs langues acerbes. Mais moi j’étais fort et pris d’amitié avec l’oignon, nous avions formé, face à ces bêtes, le meilleur duo qu’il soit : « le gros plein de soupe et l’oignon ».


Texte écrit dans le cadre d’un atelier d’écriture en école d’ingénieur (2011). L’exercice consistait à écrire un texte à partir d’un dessin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *